Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
La galerie des pentes
Nombre de messages : 5
Age : 43
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 26/05/2013
http://www.lagaleriedespentes.com/


 Abonnez vous ! :




 Abonnez vous ! :


HOP ! Une exposition de Romuald&PJ à La Galerie des pentes, Galerie d'art contemporain à Lyon.

le Jeu 25 Juil - 17:30
La photographie s'est longtemps targuée d'avoir volé la représentation du réel à la peinture. Mais qu'en est-il vraiment ? Nous sommes à présent dans un monde saturé d'images, fixes et mouvantes, qui sont les multiples facettes d'un kaléidoscope enivrant et trompeur. Cette évidence qu'une photographie donne à voir ce qui est, s'est ancrée profondément et n'est plus remise en question. On n'oublie que l'homme derrière l'objectif, artiste ou pas, est un auteur et que le point de vue biaise irrémédiablement toute tentative de témoignage du réel. La photographie n'est pas dans le monde, comme l'est la sculpture ou la peinture, elle est un monde à part entière, comme parallèle, un monde de simulacres et de faux-semblants. Lorsque nous décidons une photographie, il nous est est impossible de ne pas tenir compte de cette faiblesse du médium. Tout d'abord, nous avons le souci de l'image simple, d'où des choix plastiques radicaux (fonds noirs, peu de couleurs). Nous avons la prétention, dans ces choix, de rendre une certaine essence à l'image, à ne pas parasiter la vision du spectateur. Suivant le principe deuleuzien, nous abordons chaque médium hermétiquement par rapport aux autres. Une idée en photographie ne sera jamais la même chose qu’une idée en peinture. D’où l’aspect hétéroclite du travail. Nous refusons de faire la même œuvre toute notre vie ! Cependant, des recoupements signifiants s’établissent entre nos peintures, nos photographies, nos sculptures, au delà des intentions de départ, et ce dépassement nous intéresse particulièrement. « La vraie question est celle-ci : peut-on aujourd'hui envisager une notion de citoyenneté qui aille au-delà du repli identitaire ? Et, par extension, des pratiques artistiques qui ne s'originent pas dans l'identité de leur auteur, mais qui partiraient, à l'inverse, de l'état globalisé de la culture pour se diriger vers une identité ? » écrit Nicolas Bourriaud dans Art Press. Nous avons trouvé le point d’ancrage de notre démarche dans cette phrase, extraite d’une analyse sur la globalisation de l’art contemporain.

**************

NdlA : les articles - même en partie - publicitaires sont modérés si ils ne respectent pas les Conditions Générales d'Utilisation (C.G.U) du forum :Si vous souhaitez promouvoir une marque, une institution ou une organisation, nous vous invitons à  cliquer ici et à vous inscrire comme annonceur sur la plateforme SeedingUp, notre partenaire. Vous pourrez  alors définir parmi les différentes propositions votre formule d'annonce (lien hypertexte, vidéo, article sponsorisé, campagne réseaux sociaux...) et choisir de la publier sur ce forum ou sur d'autres sites partenaires en fonctionde votre cible géographique ou thématique. SeedingUp est une plateforme fiable de mise en relation entre professionnels de la communication, blogueurs et médias.


Suivez nous sur Instagram @LYFtvPhotos :


Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Vous êtes le

ème
visiteur

Nous écrire

Mentions légales